Manger local : Oui, mais sans pesticides !

       Pour ce troisième épisode de la saga sur l’alimentation écologique, nous allons parler alimentation locale. Vous le voyez partout, manger local c’est bien, c’est bon pour la Planète et pour son corps, certes ! Mais attention, tout ce qui est local n’est pas forcément aussi bon qu’on peut le croire…

Qu’est ce que veut dire “manger local” ?

      Manger local, ou être locavore pour les plus fous, c’est manger des produits provenant de moins de 250 km du lieu de consommation et ayant fait moins de 24h de transport. Certains seront plus intransigeants et demanderont à ce que les produits ne voyagent pas plus de 100 km… Nos estomacs les remercient 🙂 

Pourquoi consommer de cette façon ? Pour pleins de raisons !

  • De un, en étant locavore, vous dynamisez l’économie locale.  
  • De deux, vous aidez vos chers voisins producteurs à avoir un revenu juste. Et oui, moins il y a de coûts de transport, plus il y a de revenus dans les poches des producteurs.
  • De trois, vous participez à la réduction de l’empreinte carbone des produits…  L’effet boule de neige peut commencer !

       Rassurez-vous, être locavore ne signifie pas non plus : “dire adieu  au chocolat et au café !” ou encore : “aller à la campagne toutes les semaines pour vous nourrir à la ferme la plus proche”. Même si, disons le clairement, les ruraux ont une longueur d’avance sur les citadins en ce qui concerne la locavore attitude !

       Comme dans tout, il y a des exceptions et même dans le locavorisme. Vous pouvez donc faire une entorse à la règle si vous achetez du café ou du chocolat Bio issu du commerce équitable : “OUF !”  Pour nos amis citadins, il existe aussi des solutions (nous les explorerons dans la dernière partie de cet article).

Être locavore oui, mais n’y a-t-il pas des limites ?

Notre joli pays nous permet de manger facilement local car l’agriculture y est très développée sur l’ensemble du territoire. Il n’y a donc pas d’excuse pour ne pas manger local… à première vue. Figurez vous qu’il y en a malheureusement une, et une bien grande ! Notre chère terre française est la 3e plus grosse consommatrice de pesticides agricoles au monde, c’est-à-dire qu’elle est championne européenne (pas mondiale, désolé…) de la consommation de produits phytosanitaires.

Concrètement ça veut dire que plus de 66.600 tonnes de pesticides sont utilisées en France chaque année dans les cultures agricoles et horticoles, plus de 2 kilos de pesticides sont déversés dans nos champs chaque seconde.

       Et le pire c’est que ces pesticides, avant de se retrouver dans nos assiettes, sont bien souvent présents sur les marchés ! Et oui, malheureusement, même si le marché est un bon ami du “manger local”, il n’est pas toujours loyal avec le Bio.

       Trop souvent, les produits que nous retrouvons sur les étales ensoleillées du samedi matin ne sont pas labellisés Agriculture Biologique… Ils peuvent donc être pleins de produits chimiques et mauvais pour notre santé. Aussi, l’impact environnemental des marchés n’est pas toujours optimal contrairement aux idées reçues !

apples-1841132_960_720

On a encore des progrès à faire pour passer d’une alimentation uniquement locale à une alimentation écologique !

Alors comment manger local et Bio ?

       Maintenant que vous avez bien pris peur, il ne faut pas non plus arrêter de manger ! Dans l’idéal, il faut  privilégier les produits locaux, certes, mais surtout BIOLOGIQUES si vous ne voulez pas de toutes ces saletés dans votre corps. Vous nous direz que c’est bien facile à dire, mais que quand on habite en ville, ce n’est pas à tous les coins de rue que l’on croise une ferme Bio ! Oui, on veut bien vous croire. C’est pour cela qu’on vous propose quelques alternatives :

  • Privilégier les marchés Bio, discuter avec les producteurs pour savoir s’ils viennent de loin ou non et ensuite acheter leurs produits en pleine conscience.
  • Faire, pour les plus courageux, la fin des marchés Bio et locaux pour limiter le gaspillage alimentaire, valoriser les produits, limiter l’empreinte carbone et surtout reconnaître le travail des producteurs (en plus, c’est pas cher ou gratuit !).
  • Se renseigner sur les groupements de producteurs près de chez vous : de nombreux points de vente de produits locaux et Bio se développent en ville comme les AMAP partout en France, Kelbongoo à Paris et De l’Autre Côté de la Rue à Lyon.  

       Au final, on se dit qu’être locavore ne se fait pas sans réfléchir. Le meilleur moyen pour savoir ce que l’on mange, c’est bel et bien de se renseigner sur les produits, comme à l’époque de nos grand-mères ! Un bon produit est avant tout un produit traçable (mais ça, on vous l’expliquera plus en détails dans un autre épisode).

      Manger local peut avoir un impact très positif sur notre Planète, à condition que les produits soient Bio, en circuit court (qui va souvent de pair avec le local), équitables et traçables. Si vous combinez le tout, vous pourrez avoir des produits de qualité et goûteux pour réaliser des recettes GOURMANDES comme nous chez Trattino !

 

1 réflexion sur « Manger local : Oui, mais sans pesticides ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close