L’anxiété climatique : la nouvelle maladie du siècle
Trattino restaurant bar café épicerie bio lyon

L’anxiété climatique : la nouvelle maladie du siècle

Vous avez entendu parler de réchauffement climatique, de la collapsologie, des rapports Meadows ? Vous entendez que les océans sont pleins de plastiques, que les pesticides sont mauvais pour la santé, que les villes ne respirent plus ? Vous vous dites que rien ne va, que notre société n’en a plus pour longtemps, tout comme les abeilles ? Vous souffrez sûrement d’anxiété climatique. Mais qu’est-ce que c’est ? Comment ça vient ? Y-a-t-il un remède ? C’est ce que nous allons voir dans cet article. Ne paniquez pas, on peut en guérir. 

L’anxiété climatique, une nouvelle pathologie 

L’anxiété climatique, aussi appelée éco-anxiété, est apparue il y a une dizaine d’années. En effet, avec la hausse des informations via les médias et des rapports d’experts comme le GIEC, de plus en plus de gens sont touchés et alarmés par le dérèglement climatique. Le docteur Ali Mattu, docteur en psychologie médicale à la Columbia University différencie l’éco-anxiété d’autres pathologies mentales. 

« L’éco-anxiété est assez proche de l’anxiété classique. Mais ce qui la différencie d’un simple stress, c’est le côté désespéré, dans le sens où nous sommes tellement coincés dans nos soucis que cela nous empêche d’agir. Il n’y a pas de définition psychiatrique pour le moment mais c’est un nouveau terme. »

Cette anxiété enferme donc les personnes touchées dans un cercle vicieux. Les catastrophes naturelles et la souffrance humaine liées au climat les bouleversent, les angoissent mais les empêchent aussi d’agir au quotidien. Pour eux, c’est peine perdue. Rien ne sert de se battre tellement la crise climatique est engagée et irréversible. 

Le sentiment d’impuissance inonde donc les personnes atteintes de cette pathologie. Ils ont l’impression que leurs actions ne contribuent pas à une transition écologique et que les gouvernements ou les grosses entreprises qui pourraient faire pencher la balance ne font rien. Or, il est possible de sortir de cette anxiété ou de l’éviter à travers son action au quotidien ! 

Combattre l’anxiété climatique, c’est possible !

Si l’anxiété climatique vous a déjà gagné, rien de mieux que d’aller voir un professionnel de la santé. Cependant, si vous êtes au courant du réchauffement climatique, de ces conséquences et que vous avez un petit coup de blues de temps en temps, il est possible de ne pas tomber dans l’anxiété profonde. Mais comment ? 

D’abord, en s’engageant ! Rien de mieux que de s’engager pour se sentir utile. Que ce soit dans votre travail, dans une association ou dans votre quartier, vous participer à un monde meilleur. L’avantage, c’est qu’en vous engageant pour une cause écologique ou sociale, vous trouverez des gens qui vous ressemblent. Vous pourrez donc échanger sur vos ressentis et vos inquiétudes tout en agissant et en créant des alternatives. 

Ensuite, dans votre mode de vie ! Faites de votre mieux pour diminuer votre impact sur le changement climatique. Certains scientifiques expliquent la corrélation entre les modes de vie des citoyens et l’augmentation des émissions de gazs à effet de serre. En effet, par l’adoption de mode de vie plus respectueux de la Nature et des Hommes, 20% des émissions pourraient être réduites. N’oubliez pas que votre porte-monnaie est votre plus grand pouvoir d’agir :  enrichir c’est consentir ! Choisissez à qui vous souhaitez donner votre argent. Si vous cessez d’enrichir les acteurs les plus pollueurs, et si un maximum de citoyens se mettent à le faire avec vous, ils vont fermer et ne plus polluer. Les gouvernements ne changeront que si la majorité de la population le leur demande. 

Enfin, faites-vous du bien ! Allez voir comme la Nature reste belle. Marchez en extérieur, en campagne, respirez et voyez la biodiversité s’épanouir sous vos yeux,  vous verrez que tout n’est pas perdu ! Faites du bien à votre corps et à votre estomac, chez Trattino vous l’aurez compris ! Il est toujours possible de manger GOURMAND, Bio et local en rémunérant justement les producteurs 🙂 

Laisser un commentaire

Fermer le menu