Laure et Mère Nature : son engagement au quotidien

Laure et Mère Nature : son engagement au quotidien

Cette semaine, on se retrouve pour une nouvelle saga ! Jusqu’en début 2020, vous allez pouvoir suivre chaque membre de la Tratti’team à travers leurs engagements écologiques. Vous pourrez ainsi en savoir un peu plus sur leur mode de vie, ce qui les anime et surtout ce qu’est pour eux l’écologie et comment ils participent à protéger Mère Nature.

On commence donc par Laure, notre chargée de communication. Entre les réseaux sociaux, les newsletters, le site internet et les magnifiques visuels, elle pianote sur son clavier et tapote sur sa souris pour faire vivre Trattino sur la toile ! Vous pouvez également la croiser à la caisse durant les services du midi. Malgré sa petite taille, Laure à de grandes choses à vous dire à propos de son engagement au quotidien ! 

Quand tu entends le mot écologique, qu’est ce que ça t’inspire ?

L’écologie c’est un vaste sujet, c’est présent dans mon quotidien et dans mes réflexions globales. Pour moi l’écologie c’est vivre de manière durable et responsable, c’est faire des choix qui ne sont pas néfastes pour la Planète. On retrouve l’écologie dans beaucoup de domaines et au final, l’écologie n’a pas de limite ! Que ce soit dans l’alimentation, les transports, l’hygiène, la mode, l’énergie, … chacun peut agir à sa manière et à son échelle. 

Qu’est ce que tu fais au quotidien pour être plus respectueuse de la nature ?

Tellement de choses, vous êtes sûrs de vouloir toute la liste ?  Bon allez, je ne veux pas vous barber, je faire une sélection des actions qui me semblent être les plus pertinentes : 

  • je me déplace à vélo, à pied, en longboard pour ne pas être dépendante des transports qui utilisent l’essence. Si je suis obligée, je prends la voiture (que l’on me prête pour l’occasion, je vois mal l’intérêt d’avoir une voiture pour l’utiliser qu’une fois par mois). J’ai testé récemment la bluely (voiture électrique en auto-partage à Lyon), c’est une bonne alternative pour dépanner ! 
  • je mange bio au quotidien : je fais mes courses au magasin bio (merci les sacoches à vélo pour transporter les sacs de courses !) ou au marché le week-end. ’adore aller chercher mes fruits et légumes directement auprès du producteur, en plus je suis sur que c’est local ! Par contre, j’ai du mal à faire du zéro déchet car j’oublie de prendre mes sacs à vrac, et pourtant j’ai un stock de sac en kraft qui m’attend à la maison… 
  • Je fais attention à ne pas gaspiller l’eau : je prends des douches de 4 minutes maximum, shampoing compris ! En même temps c’est facile vous me direz car j’ai les cheveux courts donc ça ne prend pas de temps. La technique : je mets une chanson au début de ma douche et je dois sortir avant que la chanson soit finie. 
  • J’achète d’occasion autant que je peux : mobilier, vêtements, objets du quotidien. C’est pas cher et plus cohérent de donner une seconde aux objets plutôt que d’acheter des nouveaux !
  • J’ai une salle de bain zéro déchet (contrairement à ma cuisine, mais j’y travaille !). C’était un travail sur la durée mais aujourd’hui je suis fière d’avoir réussi à éliminer le plastique dans ma salle de bain.
  • Je suis habillée en mode éthique de la tête aux pieds : que ce soit avec des vêtements de seconde main, des accessoires fabriqués avec des matières premières recyclées, des pièces uniques fabriquées à Lyon… je n’achète plus aucun vêtement de fast fashion. 

Parle nous un peu plus d’Alory que tu avais évoqué lors de ta présentation Facebook.

Alory est une marque de vêtements écoresponsables que j’ai créé il y a deux ans. L’idée est venue pendant mes études de stylisme, je me voyais mal travailler pour une entreprise de fast fashion qui produit de manière effréné des collections à la chaîne sans réfléchir au réel impact de cette industrie. 

J’ai cherché à travailler pour une marque de mode éthique, il n’y en avait pas beaucoup donc j’ai décidé de me lancer et de créer ma propre marque

Je fabrique donc des vêtements pour homme et femme avec des tissus voués à être jetés. Ce sont des tissus neufs, de bonne qualité, qui n’ont jamais été portés et qui n’ont pas de défaut mais qui finissent à la poubelle… c’est aberrant ! Je suis d’autant plus choquée quand je découvre des tissus de très bonne qualité et fabriqués en France qui sont jetés … même pas broyés, recyclés en isolation … ils vont à l’incinération ou à l’enfouissement. Quelle catastrophe pour Mère Nature. 

A mon échelle, je limite le gaspillage textile et je transforme ces tissus en pièces uniques ou en vêtement sur mesure. Je réfléchis à des vêtements qui durent et qu’on prendra plaisir à porter. Par exemple, j’ai créé une blouse qu’on peut porter de 8 manières différents. Ainsi, tu peux la porter tous les jours de la semaine sans jamais avoir le même style. Ca permet de réduire le nombre de vêtements dans son dressing sans réduire le nombre de possibilités de tenue. 

En ce moment, je travaille sur un nouveau projet de lieu dédié à l’upcycling : l’Atelier des Nouveaux Designs. C’est un lieu pour faire vivre les valeurs du réemploi version 2020 où vous pourrez retrouver :

  • Des ateliers manuels pour apprendre à fabriquer des objets à partir de matières premières de qualité et qui ont déjà eu une première vie
  • Un lieu de stockage pour faciliter la gestion entre la récupération et la réutilisation des matières
  • Un espace de vente il y aura des créations uniques et durables 
  • Des espaces pour que les créat.eurs.rices puissent pratiquer leurs activités au mieux tout en continuant de réduire toujours un peu plus les déchets que notre société génère.

En quelque sorte, c’est un lieu magique où il est possible de transformer ce qu’on pense inutile en un objet beau et pratique.Pour en savoir plus et découvrir la campagne de financement participatif : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/l-atelier-des-nouveaux-designs 

Les vacances idéales pour toi, c’est quoi ?

Mes vacances de l’été dernier : je suis partie avec mon sac à dos et j’ai bougé en France pendant 2 semaines. 

Je suis allée voir des amis dans la Chartreuse où on dormait dans des ecogîtes en haut d’une montagne. On a fait des randonnées et passé des moments simples à être ensemble. J’ai aussi partagé une semaine en famille dans le Jura, perdu quelque part dans la campagne, c’était dépaysant et jamais ennuyant avec mes cousins ! Puis j’ai testé pour la première fois le stop, une aventure que je recommencerais avec plaisir ! Au final, j’ai pris le bus, le covoiturage et le train. La preuve que c’est possible de voyager sans (trop) polluer.Pas besoin de partir loin, je voyage dans un rayon de 500km autour de Lyon !

Pour l’année prochaine, j’aimerais partir une semaine en vélo pour sillonner les routes de France et dormir en tente, au détour d’un chemin ou dans une forêt. 

En quoi travailler chez Trattino est en accord avec tes valeurs ?

C’est un tout, un état d’esprit et des valeurs commune avec la tratti’team ! C’est l’envie de proposer des alternatives et de prouver qu’on peut manger bio et se régaler. Souvent, les gens autour de moi pensent que manger bio et végétarien, c’est manger des salades et des légumes fades. Si vous êtes déjà venu.e.s manger chez Trattino, vous savez autant que moi que ce n’est pas le cas ! Mais le bio ce n’est pas tout, Trattino va vraiment au bout de la démarche écologique en proposant des recettes qui suivent les saisons. La proximité avec les producteurs est agréable car on sait d’où vient le produit et on connaît son histoire. Quel plaisir de voir Ismael nous livrer ses oeufs frais et prendre des nouvelles de ses poules, de recevoir le pain livré à vélo le matin ou le basilic fraîchement cueillie. 

Au delà de l’aspect écologique, c’est le projet dans sa globalité qui me plait car Trattino amène une autre vision de la distribution alimentaire. C’est un défi de faire face aux grands distributeurs et d’apporter des produits de bonne qualité aux consommateurs. J’ai tellement hâte de voir le futur lieu ouvrir ses portes avec le restaurant, l’épicerie et le bar. J’ai surtout hâte de vous voir dedans 😉 

Le mot de la fin ? 
Entre les gnocchi, le zéro déchet textile et mon engagement associatif, je fais de mon mieux pour mère nature 😉

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier

%d blogueurs aiment cette page :