Comment skier en pleine conscience tout en limitant son impact sur la Nature ?

Comment skier en pleine conscience tout en limitant son impact sur la Nature ?

       Ca y est ! Janvier est bien installé, et qui dit janvier dit neige, et qui dit neige dit ski ! Pour tous les accros, vous suivez déjà depuis le mois de novembre les chutes de neige et vous ne loupez pas une occasion pour une virée ski à la montagne !

       Alors oui, le ski est un sport de pleine nature, mais contrairement à ce qu’on peut penser, c’est très nocif pour les écosystèmes montagneux… Pourquoi ? Et bien c’est ce que l’on va essayez de voir dans cet article. Promis, on ne vous dira pas d’arrêter de skier. On pense qu’il est important cependant d’avoir conscience de son impact lorsque que l’on va en montagne. On finira par vous donner quelques clefs pour profiter de la montagne enneigée sans la perturber de trop.

       C’est parti !

Enflammer les pistes de ski : quel est l’impact ?

        Quand le ski a été découvert à la fin du XIXe siècle, les montagnes ont commencé à avoir la côte et pas pour rien ! Pour les amateurs de ski, on sait que les sensations sont fortes et addictives, tout comme la vue que l’on peut admirer en haut des pistes ! Bon moyen pour amuser nos hivers glacials. Mais tout cet amusement n’a pas été sans conséquences… Regardez un peu nos montagnes : avant d’arriver au sommet, la forêt y règne, mais pour avoir des pistes sans obstacles, il a fallu couper ses arbres et donc fractionner les écosystèmes où la faune et la flore s’épanouissent… Idem pour les télésièges et les tire-fesses !

        Une fois ces installations faites, la facilité d’accéder aux sommets sans efforts s’est propagée comme une traînée de poudre et il a fallu construire, construire et encore construire des habitations et des commerces en tout genre pour satisfaire les besoins des vacanciers.

        Vous voyez bien où on veut en venir, si le ski nous permet de nous rapprocher de la Nature, notre feu de cheminée au chaud dans un chalet et nos décentes éclair des pistes ont bel et bien eu un impact sur cette si belle richesse naturelle qu’est la montagne…

       Pas la peine pour autant de vous culpabiliser au plus haut point ! Chacun agit à son niveau, et en plus les infrastructures sont là donc le mal est déjà en partie fait. N’oublions pas non plus que le sport d’hiver est la plus grande source de revenu pour les montagnards et que donc, il a aussi un impact positif.

        Le ski c’est plus de 120.000 emplois pendant la période hivernale en France, c’est la valorisation du patrimoine culturel et naturel des régions montagneuses.

        Une chose en entraîne un autre : plus les richesses culturelles et naturelles sont mises en valeur, plus elles sont connues et donc plus elles peuvent être préservées. Pour exemple, regardez le fromage. Si la fondue savoyarde n’était pas tant réputée, le Comté, la Tomme de Savoie et le Reblochon paysans ne seraient pas tant prisés et pas tant d’efforts ne seraient mis en place pour que ces bons produits restent fermiers et produits dans ces régions.

        Mais alors, comment continuer à profiter de la montagne et valoriser cette richesse tout en la préservant ?

Quelques alternatives pour préserver la montagne

        Oui, vous pouvez toujours aller skier la conscience tranquille à condition de respecter quelques règles d’or.

        Faites attention à ne laisser aucun déchet derrière vous ! Ce principe s’applique de plus en plus dans la vie de tous les jours, mais il est sans exception en montagne ! Pourquoi ? Car si vous laissez un déchet s’échapper de votre poche, la neige l’engloutira et l’été il réapparaîtra… Bonjour la pollution !

       Savourez le silence et participez-y. La montagne est une zone très silencieuse et la faune y vivant s’y est habituée. Veillez donc, lors de vos randonnées à ne pas trop hausser la voix.

        Vous aurez sûrement le privilège de croiser des dahuts, des bouquetins ou des marmottes 😉

        Evitez le hors piste. Oui, pour les accros du ski on sait que c’est difficile. Quoi de mieux de poser les premières traces ? Mais poser les premières traces dit aussi aller dans des endroits peu accessibles et donc prisés des animaux sauvages. Des pistes ont été créées pour laisser une place à l’Homme dans une Nature sauvage alors il faut essayer de respecter la place que les animaux se sont appropriée.

        Enfin, privilégiez la randonnée et les raquettes ! Une petite pause randonnée, bien plus respectueuse de la nature lorsqu’elle est faite en silence sur les chemins prévus à cet effet vous permettra d’apprécier autrement la richesse que nous offre la montagne !

En attendant, on vous attend à la Commune pour une petite pause chaleur avec nos lasagnes avant de partir dévaler les pistes !

51080284_395905231214445_7810897528177557504_n

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier

%d blogueurs aiment cette page :